Sons et lumières QUINZEE, acte I

Publié le par Lucie

Ça vous tente-tu un brin d'évasion ?


Etape n°1 : La construction du quinzee


Le quinzee, c'est le fil rouge du week-end. Car un quinzee, ça ne se trouve pas dans le cul d'une vache comme dirait l'autre. Même à 9, il nous a fallu de très longues heures pour en venir à bout. Je me tais, show devant :




Stratégie quinzee
envoyé par lucieDS

Comment creuser
envoyé par lucieDS






Il existe aussi le creusage sans pelle :





Creuser, c'est bien, tasser, c'est mieux, du moins pour solidifier le tout et éviter un effondrement surprise :



J'ai même été nommée moissonneuse-batteuse en chef, ce qui m'a valu de grosses bouffées de chaleur par -25°C. Un vrai plaisir musculaire...




Et puis tout à coup, là, entre deux monticules de neige, on l'aperçoit, dressé tel un fer de lance (comprendre : aussi visible de loin qu'une aiguille dans une botte de neige bien résolue à ne pas fondre) : notre igloo.








Etape n°2 : Expédition raquettes sur la rivière Sainte-Anne



C'est bien beau de se dépenser pour un abri de survie, encore faut-il savoir se détendre... Non ? ça se passe pas comme ça dans la vraie vie ? Oh et pis zut, je suis sûre que même à l'article de la mort, j'aurais le goût d'explorer des terres inconnues. Et de m'émerveiller une dernière fois de rien : il y a un je ne sais quoi de magique dans la douce tombée des flocons de neige qui me séduira toujours...
























Etape n°3 : Les joies du feu de camp


Astuce : se munir d'une pelle, non, 134 pelles, et creuser, creuser, creuser, jusqu'à trouver la terre... trouver du bois sec (la bonne blague), allumer le feu.... et l'entretenir jusqu'à ce que mort s'ensuive. Bizarrement, sur ce coup-là, j'ai préféré laisser la police faire son travail et partir vibrer sur la belle rivière matelassée. à flanc de colline...

Alors le feu, c'est quoi ? Le feu, c'est THE place to be pour décompresser tous ensemble, pour tenter de se réchauffer sans rien brûler (paix à mes mitaines qui ont rendu l'âme), pour se nourrir... et pour chanter !



(ça, c'est un peu près la hauteur de tout ce qu'il a fallu creuser pour installer les premières brindilles de notre feu)










Le feu, en pleine nuit, d'autant plus quand il neige et remouille, c'est avant tout l'assurance que tout le monde y est autour pour faire le plein de chaleur avant de se coucher... Stratégiquement, c'est le meilleur moment pour aller faire pipi discrètement. Que voulez-vous, je suis une femme pudique. Oui, parfaitement, je suis pudique. Dans l'adversité, ce doit être un truc purement féminin. Un pipi en deux jours, je trouve néanmoins que c'est une belle performance ! Nota bene : dans ce genre d'expériences, il est fortement déconseillé de se retenir... l'énergie perdue à contracter son entrecuisses est une énergie qui ne sera pas utilisée pour respirer et maintenir la température de son corps à un niveau raisonnable.



Aventure pipi
envoyé par lucieDS


Enfin, le feu de camp, c'est le plaisir ému au petit matin, quand après une courte nuit passée à trembler comme une feuille, on la voit, là, superbe : Catherine qui grille des bagels.







Je vous l'accorde : les week-end survie/quinzee, ce n'est pas le meilleur anti-cernes qui se fasse sur le marché...


Publié dans Club Laval

Commenter cet article