Sous une pluie d'étoiles

Publié le par Lucie

Une dizaine d'amis réunis en haut d'une plaine donnant au loin sur l'aéroport Jean Lesage de Québec. Ce même aéroport où je prendrais le lendemain un avion Québec-Paris. Il fait nuit. Il fait bon. Des couvertures au sol ou sur nos épaules ne sont pas superflues.




Au loin : des avions de chasse venus du monde entier, des virtuoses du ciel et de la lumière.



Comme si ceux-là ne savaient pas nous en mettre plein la vue naturellement...




... et bien ils ont préféré corser la chose en volant "le feu au cul". On ne pouvait rêver mieux comme soirée d'adieux. Car en plus de la féérie qu'inspire tout feu d'artifices, il y a eu des extras : un ambiance détendue tout à fait unique, oui, mais surtout, des surprises. De grosses surprises.




Sur la vidéo qui suit, vous verrez la plus grosse surprise de la soirée. Surprise qui a inspiré à mon Guillaume cette réflexion profonde : "alors ça, c'est bien les ricains, on leur demande un feu d'artifices tout con, histoire de vendre du rêve, et eux ils lâchent une bombe". C'est à peine une métaphore. Attendez quelques secondes et vous verrez le "feu d'artifices" le plus spectaculaire qu'il m'ait été donné de voir.



Le Vietnam
envoyé par lucieDS


Et pourtant, nous n'étions pas tout proches... Loin de là : pour preuve, nous n'entendions rien d'autre que nos voix. Je n'ose imaginer le sursaut que nous aurait valu cette boule de feu surgie de nulle part si nous avions été aux premières loges.



L'Amazonie
envoyé par lucieDS




Ainsi s'achevaient mes ultimes instants nocturnes au Québec : bercés par les péripéties aériennes des meilleurs pilotes de chasse de ce monde. Et l'ironie du sort a voulu que je reçoive ce cadeau la veille de mon grand (et si peu attendu) retour en France. Juste avant de retrouver le meilleur pilote de chasse à mes yeux. :-)

Mais toutes les pirouettes les plus habiles entre les nuages ne me font pas oublier, aujourd'hui encore, le bonheur de la compagnie de mes "tendres cousins".

Commenter cet article