Bouquet de juin

Publié le par Lucie

Il paraît que je suis une femme chanceuse. Je crois que je le suis : tandis que je coulais des jours heureux et caniculaires à Québec, la nappe phréatique de Cognac menaçait à tout moment de déborder. Et puis je suis arrivée à Cognac : à moi les journées caniculaires et les souvenirs émus d'un Québec qui dès lors s'est mis à pleurer jour après jour mon départ (non ? comment ça la pluie à Québec n'avait rien à voir avec mon absence ?).


Mes dernières journées à Québec ont été aussi garnies qu'un bouquet de printemps.
Au menu de cette vida loca :



- Des instants farniente :







- Quelques rares caprices climatiques, courts mais intenses !




Un gros nuage noir repéré depuis la piscine, juste le temps pour certains de déguerpir, pour d'autres de trouver le meilleur poste d'observation !




Chapeau bas à ceux qui ont décidé de prendre la route au temps fort du déluge... qui aura cessé juste 2 minutes plus tard ! :-)



Le déluge
envoyé par lucieDS




- Des minutes sans voix devant de nouveaux visages de Dame Nature :








- Du sport, pour un esprit sain dans un corps sain (sauf que j'ai bizarrement choisi d'épargner le mien, vous comprenez, la chaleur, tout ça... ) :










- Des fêtes en veux-tu en voilà, en plein air, en pas plein air, entre amis, entre pitounes :
















- De fins moments mélomanes :


Comme je l'ai toujours dit, Jeff ne joue pas à Guitar Hero, il EST le Guitar Hero ! :-)

 


Une pensée pour une soirée magique entre filles, qui avait pourtant démarré par quelques fausses notes !





- Des petites marches dans  Cap Rouge et sur la belle plage Jacques Cartier :










- Pour finir, un brin d'insolite :


 

Chez mon amie Jess, qui vit dans un quartier aussi tranquille que Wisteria Lane, j'ai découvert qu'il fallait marcher longtemps pour aller chercher son courrier :





Alors ça, c'est le meilleur truc qui existe au monde : c'est comme un car wash, mais pour les enfants... ou les lucie qui meurent de chaud !




Une tite maison pour les oiseaux au fond du jardin, pffffff, c'est dérisoire... Vaut mieux héberger toute une espèce, ça au moins ça a un sens, et puis ça prend pas du tout d'espace...




Mon Dieu que le temps est passé trop vite...

Commenter cet article